Modification du PLU sur la zone Centrale : notre courrier au commissaire enquêteur

Monsieur le Commissaire enquêteur Châtenay-Malabry, le 15 janvier 2017

Hôtel de ville

26 rue du Docteur-le-Savoureux

92290 Châtenay-Malabry

Objet : Enquête publique concernant la modification du Plan Local d’Urbanisme « Secteur Ecole Centrale »

Monsieur le Commissaire-Enquêteur

Dans le cadre de l’enquête publique, veuillez trouver ci-joints les remarques et les propositions formulées par le groupe municipal Agir autrement pour Châtenay-Malabry.

1) Places de stationnement

Il est indiqué : « Dans la zone UEC, compte tenu de la proximité de la ligne de tramway, il n’est exigé qu’une place de stationnement par logement en accession et une demi-place pour les logements aidés. Une surface de stationnement doit être aménagée pour les vélos et les motos à l’intérieur des constructions. »

Pourquoi une telle distinction entre les logements privés et les logements sociaux ? Nous comprenons qu’il n’y ait qu’une seule place de stationnement par logement mais ½ pour les logements sociaux, peut-on penser réellement que les familles habitants dans des logements sociaux n’aient pas de véhicule ?

2) Normes thermiques

En ce qui concerne l’aspect thermique, pour le quartier Centrale, il est prévu l’application de la RT 2012 -20%. Une nouvelle règle se met en place, la RT 2020, elle devrait s’appliquer dès 2018 pour les bâtiments publics. Puisque l’opération prendra de 10 à 15 ans, la plupart des bâtiments construits devront donc respecter la RT 2020. Dans cette norme, les bâtiments seront à énergie positive, ce qui implique un très bon isolement, par exemple la RT 2012 -20% ou mieux, plus une source d’énergie: par exemple des capteurs solaires thermiques ou photovoltaïques.

Est-ce que le projet Centrale tient compte de cela?

3) Hauteurs des bâtiments

On peut lire concernant les hauteurs des bâtiments : « Dans la zone UEC, le terrain naturel présentant de forts reliefs, celui-ci va être largement remodelé, notamment pour rendre les circulations

accessibles aux PMR (pente de 4 % max). Aussi, il est préféré instituer une hauteur plafond exprimée selon une cote NGF : 93.90 qui correspond à la hauteur de la terrasse du château de Sceaux. Ainsi, les bâtiments seront invisibles depuis le château conformément au souhait de l’Architecte des Bâtiments de France. Quelques émergences au-dessus de cette cote sont autorisées jusqu’à la cote 101.90».

On nous a indiqué que cela pourrait représenter des immeubles de 7 à 10 étages ce qui est encore plus haut que ce qui est construit sur l’avenue de la Division Leclerc. Les sites où le dépassement du plafond des hauteurs est prévu sont localisés dans la partie la plus proche du parc de Sceaux. Pourquoi une telle option est-elle privilégiée ? Si à Paris où dans les zones denses proches de Paris, la densification en hauteur peut parfois avoir un intérêt et être défendue, dans le bas de Châtenay, à proximité du parc de Sceaux, nous estimons cette option urbanistique non justifiée. Des immeubles hauts signifient une ombre portée importante préjudiciable aux riverains habitants les rez-de-chaussée et 1ers étages des immeubles avoisinants.

D’ailleurs nous avons entendu lors de la réunion publique de novembre, des personnes habitants sur la Division Leclerc dans des immeubles assez récents être inquiets quant à la hauteur et la proximité des futures constructions. Il est indiqué comme premier principe de démarche durable : une « densité désirable », nous n’avons rien contre une certaine densité mais il faut qu’elle soit désirable pour tous, les riverains du projet également.

4) Liaisons douces

Il sera important de faire une large place aux liaisons douces à l’intérieur même des ilots et éviter une trop importante privatisation des espaces : la clôture de tous les programmes immobiliers ne permet pas forcément de faire ville, les cheminements sont très importants.

5) Commerces

La perspective d’avoir un axe commercial est tout à fait séduisante cependant une analyse globale sur les commerces doit être menée sur la ville car aujourd’hui on voit de nombreux locaux commerciaux encore vides dans les programmes récents, attention à ne pas mettre en difficulté les commerces installés. Les commerces, nous semble-t-il, doivent être regroupés en pôles et ces pôles doivent être limités sur la ville pour leur bon fonctionnement et une bonne zone de chalandise. Qu’une zone commerciale soit prévue dans ce nouveau quartier est tout à fait logique mais quid des commerces se situant entre le carrefour Allende et le Carrefour de l’Europe, auront-ils suffisamment d’activité ?

Sylvie Delaune

Présidente du groupe municipal « Agir autrement pour Châtenay-Malabry »

Nous avons voté contre l’ouverture des magasins 12 dimanche dans l’année

Notre intervention au conseil municipal :

Cette augmentation du nombre de dimanches travaillés ne nous convient pas et nous l’avons toujours dit depuis que cette mesure a été adoptée dans le cadre de la loi Macron.

Les 5 dimanches travaillés suffisent amplement pour que dans les moments clefs de consommation massive telle que la période de noël, les commerçants, de manière légitime, puissent faire leurs affaires.

Il nous semble important que le dimanche soit un jour consacré, au moins l’après-midi, à autre chose qu’à la consommation.

Quel intérêt même d’ouvrir un 15 octobre pour un commerçant ? Et d’ailleurs quel type de commerce à Châtenay pourrait être intéressé par cette ouverture ?

La jardinerie bénéficie d’un régime particulier lui permettant d’être ouvert tout le dimanche, les commerces de bouche sont ouverts toute la matinée.

Aussi voterons-nous contre l’avis favorable que vous entendez donner.

Lancement de la ZAC de Pharmacie

Lors du conseil municipal de décembre 2016, était soumis au vote, la création de la zone d’aménagement concerté sur les terrains de l’actuelle faculté de pharmacie. Voici notre intervention :

“En préliminaire et de manière un peu accessoire : pourquoi ce nom laid de « Business parc » ? Ne pouvions-nous pas trouver une autre manière de nommer, on l’a bien compris, un parc d’activité  que d’utiliser une dénomination anglo-saxonne ?

Au moment de la concertation, nous avions en plus de participer activement à l’ensemble des réunions, déposé nos propositions à la fois sur Centrale et Pharmacie.

Une de nos remarques portant sur le site Pharmacie insistait sur le caractère essentiel de la mixité fonctionnelle et sociale pour éviter un quartier « mort » le weekend. Il nous apparaissait donc nécessaire qu’il y ait un peu de logements sur ce site et également quelques services publics.

Or nous remarquons dans le projet qu’il n’est plus prévu de logements. Pourtant du côté de la rue des Turlurets, une continuité résidentielle pourrait être faite avec ce qui existe dans cette rue. Il serait dommage que ce quartier ne soit qu’un quartier de passage la semaine pour tous ceux qui y travaillent et que le weekend, les services et commerces prévus aient du mal à fonctionner en raison de l’absence d’habitants. Pour Centrale, vous insistez sur la mixité fonctionnelle, il nous semble qu’elle est aussi importante sur Pharmacie.

Lors de la concertation, nous avions insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une entrée de ville et qu’il serait donc intéressant d’envisager un signal architectural fort, quelque chose de particulier pour marquer l’entrée dans Châtenay-Malabry (un immeuble très contemporain par exemple, une passerelle pour marquer la liaison verte).

Le traitement des différents flux notamment de véhicules est évoqué dans le rapport. Les flux notamment de l’avenue JB Clément sont essentiels en considération du flux de voiture actuel et à venir dans le cadre du projet de zone économique. C’est un point très important, il faut éviter un carrefour Allende complètement engorgé, d’autant plus avec l’aménagement du tramway.

Notre groupe a défendu durant la campagne un projet de « boucle verte » (sur le modèle de la coulée verte) permettant de relier tous les espaces verts de notre ville mais également les quartiers. Ce projet devrait être intégré dans les nouveaux quartiers dont celui de Pharmacie avec le Bois de Verrières à proximité. Nous remarquons à ce titre la volonté de créer un espace vert en lien avec le Bois de Verrières, ce qui nous satisfait mais ce serait parfait si était assurée la connexion avec la coulée verte, la boucle verte serait ainsi quasiment bouclée.

Nous insistons, comme nous l’avions fait au moment de la concertation sur l’importance qu’il y a de raccrocher le quartier châtenaisien se trouvant de l’autre côté de l’A86 à la ville de Châtenay par des aménagements spécifiques permettant une continuité de liaisons douces. Nous avons l’impression dans votre projet qu’un front bâti continu de bureaux va lui être opposé en plus de la coupure de l’A86.

Les dessins d’intention séduisent par certains côté (l’espace vert, la salle des fêtes..) mais laisse entrevoir des bâtiments trapus et hauts : nous ne sommes pas à la Défense, nous sommes à Châtenay-Malabry.”

L’autorité environnementale faisait état du caractère remarquable du pavillon central de Pharmacie, je suppose que, comme pour Centrale, vous souhaitez faire table rase en effaçant totalement de la mémoire châtenaisienne son futur passé universitaire. Il restera une trace mais qui n’est pas de votre fait : le tabac qui s’est réinstallé au carrefour Europe a gardé son nom celui du Tabac de l’Ecole Centrale !