Les questions qui ont fait sortir de ses gonds le Maire de Châtenay-Malabry !

Ci-dessous, vous trouverez la question orale posée lors du conseil municipal du 23 novembre 2017 et qui nous a valu des invectives. Pourquoi un tel emportement alors que notre groupe ne faisait que son travail d’élu en conformité avec le règlement intérieur du conseil municipal. Monsieur le Maire de Châtenay-Malabry serait-il fébrile sur ces questions?

Les programmes immobiliers succèdent les uns aux autres sur notre ville avec une certaine accélération ces dernières années. Ces opérations sont généralement d’ordre privé, des particuliers vendent leur maison à des promoteurs qui font table rase, arbres bien souvent compris afin d’édifier des immeubles avec une emprise au sol assez importante et où les surfaces de pleine terre sont plus que réduites.

De même, nos concitoyens voient ces derniers jours, non sans un certain pincement au cœur, les arbres de la Division Leclerc disparaitre.

Nous observons donc que les projets privés comme publics font que notre ville a de moins en moins d’arbres et d’espaces boisés. Aussi souhaitons-nous, par cette question orale, alerter notre conseil et nos concitoyens sur plusieurs autres projets en cours ou à venir qui risquent d’accélérer ce déboisement néfaste à la qualité de vie des châtenaisiens :

1) Zone de remisage

Nombre d’associations et d’élus d’opposition se sont émus du choix d’implantation du site de remisage du tramway sur un espace boisé de Châtenay. Le site de NOVEOS avait été à notre sens écarté sans réelles justifications.

Or, nous avons appris que l’enfouissement des lignes haute tension sur la zone NOVEOS avait été acté rendant alors possible l’implantation du SMR : plutôt que de sacrifier 4,2 ha de bois (surface indiquée dans le dossier de défrichement), nous pensons qu’il est préférable de remettre en étude le site de NOVEOS.

Certes des mesures de compensation sont prévues mais en Seine et Marne, les châtenaisiens risquent eux de perdre pour toujours un espace boisé.

Aussi, est-il prévu de reprendre les études sur l’emplacement du site de remisage ? Réponse du Maire  : NON

2 ) Carrefour Jean Jaurès/ rue de Chateaubriand

Photo carrefourLors du conseil municipal du 12 mai 2016, nous vous avions fait part de notre inquiétude concernant ce carrefour que nous avions qualifié de charmant et champêtre. En effet, un permis de construire avait été déposé et l’objet de notre crainte était que les deux charmantes maisons du carrefour disparaissent au profit d’un énième programme immobilier.

Vous aviez essayé de nous rassurer en disant « Je vous rassure, le carrefour sera préservé. La partie qui va être construite est celle qui est accolée au grand immeuble. Les deux pavillons situés à l’angle demeureront. C’est la partie de terrain restante qui sera utilisée. » (Citation du procès-verbal).

Il semblerait que nos craintes de l’époque soient fondées puisqu’effectivement les maisons seraient destinées à la démolition.

Le confirmez-vous ? Réponse du Maire : confirmation du programme immobilier à la place des deux maisons.

 

 

3 ) Le CREPS

Nous avions exprimé notre désaccord, lors de l’élaboration du PLU, sur la manière de zoner le CREPS qui était un espace boisé classé sous l’empire du POS : une zone N nettement moins contraignante et donc moins protectrice et pour la partie la plus à l’ouest une zone UC définie par le règlement du PLU comme « une zone urbaine essentiellement composée de grands ensembles collectifs ». Nous considérions à l’époque que ce zonage ne protégeait en rien le parc du CREPS de projets immobiliers.

Nous avons été alertés sur le fait que d’éventuels projets de constructions dans le parc du CREPS étaient envisagés. La commission départementale de la nature, des paysages et des sites aurait pris des décisions allant dans ce sens.

Qu’en est-il exactement ? Insultes du Maire : il n’y a rien de prévu!

Question du groupe Agir autrement pour Châtenay-Malabry au Conseil Municipal du 30 mars 2017

Comme nous l’avons évoqué à de nombreuses reprises ici ou ailleurs, la rénovation de la cité-jardin de la Butte Rouge est le projet le plus important de notre ville. Bien sûr, les projets de Centrale et Pharmacie sont importants pour le devenir de Châtenay-Malabry mais sur ces sites, il n’y a pas véritablement d’occupants permanents, il n’y a pas d’habitants. C’est une différence de taille.

La cité-jardin est habitée par près de 10 000 châtenaisiens dont certains depuis plus de 40 ans, la perspective de changements intéresse la plupart mais aussi inquiète un grand nombre de nos concitoyens et il faut savoir écouter cette inquiétude et y répondre du mieux possible.

Dans les villes environnantes, ce type d’opération s’est fait parfois au détriment des populations en place, il est donc tout à fait légitime d’être inquiet et de poser les questions.

En effet, ces quinze derniers jours, notre groupe a assisté à 3 réunions :

– Une réunion d’habitants inquiets.

– Votre réunion d’information (2 dates successives) qui malheureusement n’avait pas été annoncée dans le magasine municipal ni sur le site internet, ce qui est dommage car certaines personnes intéressées n’ont pas été informées.

– La première réunion du conseil citoyen du quartier prioritaire de la Butte Rouge censé être le relais des habitants vers la mairie et autres institutions sur beaucoup de sujets dont la rénovation urbaine. Nous avons une seule réserve par rapport à ce conseil citoyen, elle ne porte pas directement sur les personnes qui le composent mais sur la procédure de désignation. La loi Lamy de 2014 prévoit le principe du tirage au sort, ce qui a priori n’a pas été le cas.

Sur la partie « sociale » du projet de rénovation, des réponses susceptibles de rassurer les habitants ont été données lors des réunions publiques : le maintien du loyer au m2, le relogement le temps des travaux, la possibilité de rester ou non dans le quartier. L’enquête sociale préalable à toute opération de ce type permettra à chaque habitant d’exprimer ses souhaits.

Nous avons proposé au conseil de citoyen, afin de rassurer les habitants, de demander à la mairie de formaliser le contenu du power point présenté lors de ces réunions publiques co-animées par la mairie et l’Office, et de le publier. Les habitants, ceux notamment non présents aux réunions mais néanmoins inquiets, auraient alors des engagements écrits noir sur blanc. Etes-vous d’accord sur cette proposition ?

Si la durée du projet a été évoquée (de 10 à 15ans), le phasage n’a pas forcément été clarifié : quand démarrerons les ilots test ? L’enquête sociale débutera uniquement pour ces ilots test ou pour l’ensemble de l’opération ?

Sur le contenu même de la rénovation, pour le moment rien n’a été proposé, l’intervention de 3 équipes de maitrise d’œuvre a été évoquée : quand est-ce que les différents projets seront portés à la connaissance des châtenaisiens ? Une consultation des habitants est-elle prévue ? Notre cité-jardin est un véritable petit bijou et nous serons très vigilants à ce qui y est entrepris non pas que nous soyons opposés à tout changement : une ville ne doit pas être maintenue sous cloche et doit évoluer mais ce qui est remarquable doit être respecté et protégé.

D’ailleurs, va être inaugurée dans les prochains mois, la maison des arts et du patrimoine : quelle est son projet culturel ? A l’image de ce qui existe dans d’autres villes comme à Suresnes, est-il prévu, une exposition permanente sur la cité-jardin ?

Rénovation de la Cité-jardin de la Butte Rouge : intervention au Conseil municipal du 12 mai 2016

butteNotre groupe est très attaché à la cité-jardin de la butte rouge : son architecture, son urbanisme, ses jardins et espaces verts…mais aussi ses habitants, raison pour laquelle nous n’avons jamais défendu la mise sous cloche de ce quartier, bien au contraire nous avons souvent insisté sur la nécessité de sa rénovation pour que nos concitoyens vivent mieux dans leur quartier et leur logement.

Dans ce dossier majeur qu’est le renouvèlement urbain de la Cité-jardin, dossier majeur pour l’ensemble de notre ville et pas seulement ses seuls habitants, nous n’aurons pas une posture « conservatrice », les constats faits dans le dossier joint sont une réalité et l’un des premiers de ces constats est que le quartier a perdu de son attractivité :

– Les vacances des locaux commerciaux renforcent l’isolement du quartier,

– il y a une forte désertion de l’offre scolaire de la cité-jardin, les deux collèges sont à la moitié de leur capacité pendant que le collège Brossolette de centre-ville est plein à craquer

– les logements ne répondent pas forcément aux normes de confort et d’accessibilité et selon les époques de construction, les performances sont hétérogènes. Il est assez édifiant de constater un nombre de refus très important après attribution (126 sur 314 logements attribués en 2014).

Dire qu’il ne faut rien faire ou ne toucher à rien ne serait pas raisonnable et pas respectueux pour nos concitoyens qui habitent ce quartier.

1) Sur le protocole en lui-même

Vous avez dit dans des réunions publiques que vous ne passeriez peut-être pas par un conventionnement ANRU en fonction du montant de la subvention en regard des contraintes à respecter. Pouvez-vous étayer votre position à ce sujet ?

2) La participation de tous

Cette question de la participation n’est pas à négliger bien sûr, elle est même essentielle dans un projet de renouvèlement urbain. Vous évoquez la mise en place d’un conseil citoyen : est-il déjà mis en place ou va-t-il l’être. Le cas échéant, selon quelle procédure va-t-il être installé ?

Celui-ci associera de nombreux autres partenaires du projet (page 32) : les centres sociaux, la directrice du REX, les Directeurs d’école, le Président de l’association des commerçants ….soit mais il nous semble logique également que soit associée la commission urbanisme, sinon à quoi sert-elle ?

Nous vous l’avons dit à de multiples reprises, notre groupe souhaite participer très activement à ce projet. Pouvez-vous clarifier les différents moments de la concertation : ceux ouverts à tous notamment, ceux auxquels tout citoyen qu’il soit ou non habitant de la Butte pourra participer. Nous avons vu arriver vendredi dernier notre dossier de conseil avec le copieux projet de protocole et toutes ses annexes sans avoir pu pour le moment participer à quoi que ce soit, c’est un peu frustrant mais nous y reviendrons un peu plus tard.

3) Sur l’objectif de mixité

Nous partageons le constat de non mixité dans la cité-jardin mais en nuançant le constat de mixité dans les autres quartiers : il y a en effet des logements sociaux dans les autres quartiers mais pas forcément de type PLAI.

La diversification du logement social est importante aussi : vous souhaitez ne conserver d’un tiers de PLAI dans la Cité-jardin, pourquoi pas mais certaines personnes ne peuvent accéder qu’à ce type de logement en raison de leurs faibles revenus, l’offre de logement très social va donc considérablement se réduire à Châtenay ; dans le cadre du PLH, parmi vos prévisions de logements nouveaux, 8,5% sont destinés à du logement locatif social mais de quel type ?

La mixité doit s’appréhender au niveau infra communal, quartier par quartier : l’idéal serait que le PLAI soit réparti sur l’ensemble de la ville. Mais est-ce bien votre objectif ?

Une fois tous les projets immobiliers réalisés et programmes de rénovation aboutis, pouvez-vous nous dire quelle sera la proportion de logements sociaux par rapport à aujourd’hui et comment aura évoluée la typologie des logements sociaux ? J’ai demandé en commission à avoir la répartition sur toute la ville de ces logements sociaux par type.

Nous estimons pour notre part que la proportion privé/social doit rester au niveau actuel et que l’offre sociale soit diversifiée en permettant aux châtenaisiens actuels de pouvoir rester dans leur ville s’ils le souhaitent en gardant une même proportion de PLAI pourquoi pas réparti sur l’ensemble de la ville. Qu’ainsi des châtenaisiens en logement de type PLAI puissent continuer à en bénéficier sans avoir à quitter notre ville.

4) Patrimoine à ménager et mettre en valeur

jardinsNotre groupe a toujours demandé à ce que la valeur architecturale et urbanistique de la cité-jardin soit reconnue à sa juste valeur. Des mesures de protections existent et ne constituent pas pour autant des freins au renouvèlement urbain (aires de mise en valeur : AVAP), vous n’avez jamais rien voulu savoir. Maintenant que nous sommes au stade du projet, nous espérons que la raison saura être gardée. D’après les cartes et plans fournies, la partie la plus remarquable semble être conservée et à valoriser mais la carte en question n’est pas très précise ou du moins est difficile à lire et l’expression « autant que faire se peut » nous laisse dans le doute.

Mais cette carte suscite d’autres interrogations : ainsi découvre-t-on un secteur en devenir avec la mention « y ménager l’avenir » concernant le stade Jean Longuet : nous sommes très inquiets quant à cette information mais ce n’est pas le sujet du protocole. Nous aurons sans doute l’occasion d’en reparler.

Vous souhaitez faire démarrer un premier projet test, nous n’avons pas véritablement d’indication sur ce qui doit être fait ou étudié. Quid du relogement ? Qu’est-il prévu ? Quel périmètre précis ? Se dire que dès 2017 démarre ce projet de l’ilot test, c’est un peu troublant : la concertation aura-t-elle bien lieu avant tout démarrage ? Pourquoi n’avons-nous pas eu de lieux de réflexion avant ce conseil : réunions publiques, commission urbanisme…

Il demeure donc de nombreuses interrogations pour notre part, nous sommes pour la rénovation, pour la mixité, pour que la cité-jardin bénéficie d’un projet de renouvèlement d’envergure. Nous participerons à toute cette réflexion mais il y a une absence de visibilité, de transparence sur les moyens d’atteindre des objectifs encore flous. On ne votera bien sûr pas contre car il faudrait savoir contre quoi, or le protocole n’exprime que des intentions encore floues. Nous nous abstiendrons donc à ce stade.

Nous nous permettons de rappeler que ce projet n’est pas identique aux deux autres projets phares de notre ville (centrale et pharmacie) : il n’y a pas que des plans, des murs, du foncier….il y a aussi des habitants, on doit donc faire plus sur la concertation et on a clairement la sensation que pour le moment, c’est mal parti. Nous nous abstiendrons donc également sur la délibération suivante. Vous l’aurez compris, c’est une abstention d’attente de notre part car la cité-jardin le vaut bien.