Budget 2018 : intervention en conseil

Il est vrai que nos finances sont dans un bien meilleur état que celles d’il y a quelques années. La dette châtenaisienne s’est assainie, certes pas encore totalement puisque demeurent deux emprunts toxiques en période de bonification. Vous nous avez indiqué que globalement il y avait plus à gagner que perdre avec ces deux emprunts et que leur renégociation n’était pas à l’ordre du jour, dont acte. Cet assainissement, l’opposition dans son ensemble y a sa part même si vous ne l’admettez pas, il a fallu insister et informer les châtenaisiens pour que vous admettiez ce grave problème qui grevait nos finances.
Cet assainissement des finances s’accompagne d’un versement exceptionnel au profit de notre ville en fin 2017 dans le cadre de l’opération de Centrale qui va permettre notamment d’entreprendre des investissements sans emprunter et donc de baisser notre endettement. C’est une bonne chose pour notre ville et nos concitoyens.
Malgré l’incertitude pesant sur les finances communales en raison des décisions à venir ou non de notre gouvernement, ces nouvelles marges de manœuvre ne pourraient-elles pas être utilisées en partie pour prendre quelques décisions destinées à améliorer le quotidien des châtenaisiens dont voici quelques exemples :
– Favoriser l’alimentation saine de tous les enfants châtenaisiens dans les cantines municipales : l’agriculture raisonnée, c’est bien mais les circuits courts et le bio c’est encore mieux. Un projet de loi prévoit que la restauration collective devra s’approvisionner avec « au moins 50% de produits biologiques, locaux ou sous signe de qualité à compter du 1er janvier 2022 » et qu’au moins 20% des produits devront être issus de l’agriculture biologique. Pourquoi ne pas anticiper à Châtenay comme l’ont déjà fait d’autres villes ?

– Développer une politique réelle pour les circulations douces : si ce n’est pas possible pour l’instant sur la Division Leclerc pourquoi ne pas faire un cheminement vraiment sécurisé pour les cyclistes du Nord au Sud de notre ville ? Pourquoi n’y-a-il pas de vélos en libre-service à assistance électrique ou non.
– L’Agence Régionale de Santé a classé notre ville en Zone d’Intervention prioritaire pour l’accès aux soins et a pointé le déficit en offre médicale sur notre ville. Ce classement permet aux jeunes médecins de bénéficier d’une aide financière à l’installation mais qui n’est pas suffisante en région parisienne où l’immobilier est hors de prix. Vous avez malheureusement supprimé le Centre Municipal de Santé il y a pas mal d’années maintenant. Pourquoi ne pas réfléchir à une nouvelle offre publique de service de santé ou aider à l’installation de médecins en aménageant des locaux.
Nous pourrions multiplier les exemples sur ce que nous considérons être des carences dans la politique municipale menée par votre majorité (les commerces forains et la redynamisation du commerce dans certains quartiers, le développement d’initiatives relevant de l’économie sociale et solidaire…Etc..). Nous ne pourrons donc voter pour le budget.