Budget 2015 selon M. Siffredi : c’est pas moi, c’est l’Etat!

Conseil municipal du 10 mars 2015 (intervention de Sylvie Delaune) :

“Une intervention globale est faite et sera dans la continuité de notre intervention dans le cadre du débat d’orientation budgétaire.

Nous avons dû insister pour vous faire entendre que nous n’étions pas toujours en accord avec les décisions du gouvernement mais nous avons également rappelé qu’il convenait de ne pas aborder le sujet des finances communales par le prisme de la polémique politicienne.

Or, en lisant ces deux rapports, nous retrouvons le ton du précédent rapport sur le DOB. Un seul exemple : dans le rapport sur le budget, page 4, il est question du chômage et du gouvernement qui ne semble pas être gêné par une éventuelle hausse du chômage…

Autre parti pris : quand il y a des baisses de dotation de l’Etat, vous vous appliquez à donner parfois sur plusieurs années les chiffres afin de souligner la baisse, par contre quand il y a une augmentation de la participation de l’Etat, vous passez très vite dessus.

Par exemple le Fond de compensation de la TVA :

Il est passé

1158 k€ en 2013

2 360 k€ au budget 2014

2 380 k€ au budget 2015

Alors quand vous indiquez que l’investissement des collectivités publiques va baisser et que cela va avoir des conséquences graves sur l’emploi, c’est aller un peu vite en besogne, c’est omettre de dire que le gouvernement a quand même voulu soutenir cet investissement public par la hausse notamment du FCTVA.

Pas une ligne sur la réforme des rythmes scolaires alors que l’an dernier vous n’avez cessé d’agiter ce chiffon rouge : à chaque conseil, nous vous demandons un bilan de cette réforme sans que vous ne répondiez. Y-a-t-il un surcout ou non pour la ville ? Si oui combien ? Nous sommes très étonnés qu’il n’y ait rien à ce sujet.

Vous ne cessez d’agiter le chiffon rouge des baisses de dotation, nous serions curieux de connaitre ce que propose votre mentor, M. Sarkozy qui souhaite une baisse des dépenses publiques sans bien sûr indiquer la moindre proposition pratique.

Enfin, si vous n’aviez pas joué avec le feu en signant des emprunts toxiques, la ville de Châtenay-Malabry aborderait ces baisses de dotation avec nettement plus de sérénité.

Eh oui, à vous entendre, tout est la faute de l’Etat, vous ne pouvez depuis toutes ces années admettre vos erreurs.

Sur les prêts Natixis, en recoupant les informations données par courrier ou lors des différents conseils municipaux, on voit que la ville a perdu énormément d’argent :

– Soulte de 6 308 000 € calculé par vos soins à laquelle il faut rajouter la soulte implicite du prêt de 2012 de 15 millions d’euros : 4 millions voir un peu plus.

Les produits des swaps Natixis jusqu’à fin 2013 ont été de 1 235 675 000 €….faisons la soustraction et nous arrivons à une perte pour la ville de plus de 9 millions d’€ sur les produits NATIXIS !

Voilà bien le problème de vos documents budgétaires : une défausse des difficultés que rencontre la ville sur l’Etat (même si encore une fois nous n’approuvons pas tout) alors que foncièrement, nos difficultés proviennent grandement des turpitudes de votre majorité.

Il sera donc pour nous impossible de voter ce budget étant donné ce contexte insincère. Nous ne remettons pas en question pourtant la plupart des choix budgétaires qui sont faits notamment les investissements programmés mais on aurait pu faire plus et notamment la reconstruction du centre social Lamartine, si la ville avait pu conserver le produit de la vente du terrain Shell pour faire les investissements utiles aux châtenaisiens.”