Nouveaux rythmes scolaires à Châtenay-Malabry

Lors du dernier conseil municipal, la question des nouveaux rythmes scolaires était à l’ordre du jour à travers deux points :

1) « Les règlements intérieurs (…) des accueils pré et post scolaire, de la restauration et des Temps d’activité Périscolaire (TAP) et l’actualisation des tarifs des accueils périscolaires et des accueils de loisirs (…) du mercredi matin (hors vacances scolaires) à compter du 1er septembre 2014 » ;

2) Le Projet Educatif territorial (PEDT).

Cette question a été durant toute la campagne des dernières élections municipales une de nos thématiques centrales, l’enfant et l’éducation étant au centre de nos priorités. C’est dans ce sens que nous sommes intervenus ce soir là.

__________________________

I. Tarification et règlements intérieurs

Nous avons tout d’abord souligné que nous étions conscients des contraintes inhérentes à la mise en place de cette réforme et rappelé que cette dernière avait une vertu : avoir placé pour la première fois la question de l’enfant, de l’école et donc de l’élève au centre du débat, que ce soit localement ou nationalement.

Nous avons ensuite indiqué que nous étions soucieux, malgré les contraintes évoquées précédemment, de proposer une organisation adaptée, de qualité et qui profitent à tous les élèves châtenaisiens.

Pour cela, nous avons indiqué :

– Qu’il était nécessaire d’avoir un complément d’information sur un certain nombre de points.

– Que notre groupe ne pourrait voter qu’à l’issue des réponses apportées par la majorité attestant que « l’éducation est [bien] au centre de [ses] priorités », comme le rappelle l’introduction au PEDT présenté au conseil municipal ce soir-là (cf. point II).

– Que nous avions parallèlement plusieurs propositions à faire pour améliorer le projet présenté (cf. ci-dessous).

clip_image002

Emploi du temps hebdomadaire proposé par la mairie pour la prochaine rentrée

Quel surcout ?

Notre premier questionnement concernait la question du surcout de cette réforme pour la ville de Châtenay-Malabry. En effet, le maire ayant annoncé à diverses reprises (lors de réunions publiques notamment) que cette dernière couterait 500.000 € à la ville, il nous semblait important d’avoir le détail de ce surcout et les lignes budgétaires impactées.

A cette question, le maire a été incapable de nous répondre. En effet, s’il a confirmé dans un premier temps le chiffre du surcout annoncé, il a parallèlement indiqué qu’il n’était pas en mesure de nous en donner le détail car la réforme ne serait mise en place qu’à la rentrée scolaire prochaine et que son estimation n’était basée que sur des estimations faites au niveau national.

F Nous avons alors indiqué que nous ne pourrions que voter contre cette délibération, étant donné qu’il apparaissait illogique d’augmenter le tarif – et donc le cout pour les familles châtenaisiennes – sans avoir pu chiffrer réellement si surcout il y avait pour ces mêmes familles et le montant le cas échéant.

Accueillir tous les élèves ?

Notre deuxième question concernait le fait de savoir si la ville serait en capacité d’accueillir tous les élèves si ces derniers souhaitaient participer aux TAP proposés ?

Le maire nous a répondu que normalement tous les élèves pourraient être accueillis mais que ce seraient les locaux qui pourraient poser problème. Le cas échéant, les salles de classes des enseignants seraient alors réquisitionnées car elles appartiennent à la ville de Châtenay-Malabry.

Et les Mouilleboeufs ?

Les écoles maternelle et élémentaire des Mouilleboeufs sont excentrées par rapport au reste de la ville. Nous avons rappelé que la mise en place de cette réforme devait se faire de manière uniforme sur tout le territoire châtenaisien et qu’aucune école ne devait se retrouver abandonnée et les enfants et leurs familles lésés en fonction de l’endroit où ils habitent.

C’est dans ce cadre que nous avons questionné le maire pour savoir s’il n’était pas envisageable d’accompagner les élèves des Mouilleboeufs dans les centres de loisirs municipaux existant au lieu de les laisser au sein de leur école durant toute la durée des TAP proposés ? Parallèlement que cette organisation permettrait de participer à la rencontre et à l’échange entre les élèves des différentes écoles châtenaysienne. Dans cette optique, nous avons souligné que la mutualisation des locaux et de la cantine pourrait permettre de limiter – voire d’éviter – le surcout lié au transport pour amener les enfants de ces deux écoles vers les centres de loisirs ?

Le maire nous a répondu que les locaux des écoles maternelle et élémentaire des Mouilleboeufs étaient adaptés pour l’accueil des élèves qui les fréquentaient.

Quel encadrement ?

Lors de la commission, il nous avait été indiqué que tous les intervenants n’avaient pas ou n’auraient pas de formation. Nous sommes donc intervenus pour savoir quelle serait la proportion d’intervenants non formés à la rentrée sur le temps périscolaire et savoir si un budget avait été prévu pour assurer la formation de ces derniers pendant l’année à venir ?

Le maire nous a répondu que tous les intervenants seraient formés.

Une tarification injuste ?

Dans le projet proposé, les élèves inscrits à l’étude surveillée, à l’accompagnement éducatif ou au TAP et qui resteront ensuite à l’accueil du soir jusqu’à 18h30 semblent devoir payer l’intégralité de l’accueil du soir alors qu’ils n’arriveront qu’à 17h30. Ils se retrouveront donc à payer 2h00 (16h30-18h30) pour 1h00 effective (17h30-18h30), cout auquel viendra s’ajouter celui de l’étude ou du TAP effectué lors du premier créneau (16h30-17h30).

Nous avons alors proposé de faire pour ces élèves une tarification spécifique au prorata du temps passé.

Le maire nous a confirmé qu’il n’y aurait aucun surcout par rapport au tarif en vigueur actuellement en vigueur, si ce n’est celui de la demi-heure supplémentaire.

II. Le PEDT 

Nous avons tout d’abord tenu à remercier l’ensemble des services municipaux pour l’ensemble du travail effectué pour la mise en application de cette réforme des rythmes scolaires et pour la charge de travail que cela a dû occasionner (diagnostique, concertation, élaboration du PEDT…).

F Malgré tout ce travail, nous avons annoncé que nous nous abstiendrons pour le vote de ce PEDT car si ce dernier est indispensable pour permettre d’associer la CAF au financement de la réforme, de mobiliser le fonds d’amorçage de l’Etat et de bénéficier des facilités règlementaires offertes par la réforme (notamment le taux d’encadrement) – et c’est pourquoi nous ne voterons pas contre – nous avons par contre été déçus du contenu du projet en lui-même.

Ce dernier apparait en effet bien trop synthétique au vu de l’enjeu qu’il représente pour les enfants châtenaisiens, et aucun projet au sens propre n’apparait même clairement (Pourquoi mettre en place ce PEDT ? Quel est son intérêt pour les enfants châtenaisiens ?)

Le ressenti que nous avons à la lecture de ce document est la simple réalisation d’un document administratif pour bénéficier des financements énoncés précédemment. Comme nous l’évoquions auparavant, aucun projet réel ne ressort clairement alors que l’exemple type de PEDT proposé par le Ministère et mis en ligne sur son site permet de développer un projet d’envergure en ne se contentant pas seulement de parler de l’existant, mais aussi :

– « d’éléments prévus dans le bilan / d’évaluation du projet, d’indicateurs retenus (répondant aux objectifs visés), d’indicateurs quantitatifs (nombre d’inscrits, de participants, etc.), d’indicateurs qualitatifs… »

« d’activités proposées dans le cadre du PEDT (indiquer, si cela est pertinent, le niveau : initiation, perfectionnement, approfondissement et la tranche d’âge concernée) Ces activités sont-elles en articulation avec le projet d’école ou le projet d’établissement : oui : non : Si oui, liste des établissements d’enseignement scolaire et domaines concernés :

– Articulation éventuelle avec les activités extrascolaires : oui :   non : Articulation éventuelle avec les activités périscolaires proposées aux élèves de l’enseignement secondaire : oui :  non : Si oui en indiquer les modalités : … »

– des « Objectifs éducatifs du PEDT partagés par les partenaires : Effets attendus (connaissances, compétences, comportements, etc.) ». Si ce dernier point est présenté dans le PEDT proposé par la municipalité de Châtenay-Malabry, aucun contenu ni compétences n’est réellement évoqués si ce n’est le simple fait « d’apporter une solution aux parents qui ne peuvent pas récupérer leurs enfants à 16h00 ou le matin des mercredis scolaires à 10h30 ».

On s’éloigne ici de l’intérêt propre de l’enfant, objectif pourtant recherché initialement par cette réforme !

Le maire a reconnu que le projet présenté à ce jour méritait d’être étoffé et qu’il demanderait à ses services d’y retravailler.

Nous serons donc attentifs et suivront avec attention les éventuelles modifications à venir. Dans le cas contraire, nous rappellerons au maire ses engagements pris lors de ce conseil municipal.

Enfin, un véritable suivi de la mise en œuvre de cette nouvelle organisation (bilan des bonnes pratiques, retour d’expérience, écueils à éviter…) doit être proposé dès la rentrée jusqu’à la fin de l’année. Nous y serons là aussi attentifs et force de proposition, toujours dans ce seul intérêt : le bien être et l’éveil de tous les enfants châtenaisiens.

Vous pouvez compter sur nous pour vous tenir informés au fur et à mesure de l’année.

Les élus d’Agir Autrement pour Châtenay-Malabry

PS : Pour vous aider à mieux comprendre cette réforme des rythmes et son application ainsi que les différents sigles utilisés, cliquez sur le lien ci-contre : Annexes PEDT